L’Hindouisme

L’ Indouhisme

Le mot « indou » est tiré de Sindhu – une grande rivière dans le Nord-ouest du sub-continent Indien.
Les Aryens vivant sur le côté oriental de la rivière ont été finalement appelés des Hindous et leur style  de vie qualifiée d’Hindouisme.
La religion qu’ils suivaient depuis des âges très anciens est connue sous le nom de Sanatan Dharm , une religion éternelle, qui a une base philosophique forte, développée par d’anciens Rishis et Munis
(des voyants et des saints), des philosophes et des penseurs.

 Croyance en Dieu
Sanatan Dharm a pour base la reconnaissance de l’existence d’un Param Brahma (le Pouvoir Suprême) qui est Sadchidananda (le Bonheur le plus grand), Anadi (n’ayant aucun commencement) et Anant (l’éternité du temps), Avinashi (indestructible), Sarvevyapi (présent partout), présent dans tous les éléments de la nature – Chhiti, jal, pavak, gagan, samira (la terre, l’eau, le feu, le ciel, le vent) et dans toutes les créatures vivantes – les gens, les animaux, les oiseaux, les plantes et les arbres.

Il est Nirakar (sans aucune forme) mais peut être adoré comme Sakar (sous forme d’images/idoles) comme il est omniprésent. Il règle la vie de tous les êtres selon leurs Karmas (actions) comme il est écrit dans Bhagwat Gita .
Il accorde le bonheur et la douleur, le plaisir et la tristesse selon les bons ou mauvais karmas, qui sont portés par de nombreuses vies. Atma – l’âme des créatures vivantes, ne meurt jamais : elle va au nouveau corps lors de la renaissance juste comme on change de vieux vêtements pour des neufs.

La non-violence
Sanatan Dharma dénonce la violence sous toutes ses formes. Pourquoi devrait-on prendre la vie d’un autre, s’il veut la vie pour lui ? L’homme devrait être véridique, honnête et bienveillant envers l’autre.
La nature ne devrait pas être détruite. Les animaux, les oiseaux, les plantes et les arbres ont le même droit de Vivre sur la terre que l’homme.

 Le but de la vie
Le but de la vie pourrait-être : «  Asto ma sadgamaya, tamso ma jyotirgamaya, Mrityorma amritam gamaya » ’ (du mensonge à la vérité, de l’obscurité à la lumière et de la mort à l’immortalité).
La vie humaine est précieuse; elle ne devrait pas être gaspillée dans la recherche de plaisirs temporels
et la seule satisfaction de cinq sens. On devrait donner la priorité à la recherche de la vérité, de la connaissance et de la joie spirituelle, autrement, l’homme n’est pas différent des animaux. Les sens devraient être disciplinés ; car non contrôlés, ils peuvent engendrer une situation telle qu’un voyage
sur le dos d’un crocodile dans une rivière.

Les VEDAS
La sagesse philosophique antique est conservée dans quatre Vedas – Rigveda, Samveda, Yajurveda
et Atharveda .
Les Vedas disent émané de la bouche de Brahma , le créateur de l’univers et contiennent la immense connaissance touchant au début de l’univers, des objets de la nature, de la vie sur la terre, des Dieux
et des Déesses, Yagyam , le Yoga, l’Astronomie, l’Ayurveda et d’autres sciences, des Mantras, de la dévotion et de la musique, de la richesse, de la vie socio-économique, de la culture et de la civilisation.

Les Institutions Socio-économiques
Ils se composent en Vernas,Purusharartas,Ashrams and Vidyas.

 Les Vernas
La société hindoue a été divisée en quatre catégories basées sur la profession
– les enseignants et les prédicateurs ont été appelés Brahamans ,
– les soldats et les guerriers, Chhatriayas ,
– les commerçants et les hommes d’affaires V aishyas
– les prestataires de services Shudras .
Le choix de la profession a été laissé à l’individu selon sa capacité et son aptitude et pas par la naissance. Finalement, cependant, un système de caste a été développé dans la société hindoue : par exemple, le fils de Brahman serait Brahman sans tenir compte de sa qualification. La société a été divisée en ordres hiérarchiques. Brahman est classé en haut , Chhatriyas et Vaishyas au milieu et Shudras en bas.

Les Ashrams
La division de la société, basée sur la tranche d’âge, a été signifiée pour organiser une vie systématique et significative.
En considérant un laps de temps de cent ans de vie, on a supposé qu’un individu devait consacrer d’abord vingt-cinq ans à acquérir la connaissance comme Brahmchari, ensuite vingt ans pour assurer des responsabilités familiales comme Grihasta , vingt-cinq ans pour vivre dans la forêt comme Vanprastha et les derniers vingt-cinq ans pour une vie de renonciation comme Sanyasi .

Le PURUSHARTHA
Le purushartha est relatif aux valeurs – la morale, l’économie,…… et le spirituel. Dharma est le devoir, la morale que l’on doit suivre. Il inclut les obligations sociales et religieuses. Artha se réfère à l’acquisition et à l’utilisation des richesses sociales. Kama touche aux plaisirs de la vie et Moksha , la libération suprême de l’âme des ennuis temporels.
 Les VIDYAS

La connaissance a été divisée en quatre catégories – Anvikshki (la philosophie), Trayi (la religion et l’éthique), Varta (l’économie) et Dandaniti (la politique et la loi).
Varta inclut l’agriculture, l’industrie, la technologie, la finance publique etc … et se réfère à la base au bien-être matériel du peuple.
Manu Smrity et Kautilyas Arthashastra sont relatifs aux concepts économiques et leur application.
Toutes les disciplines sont considérées comme les parties essentielles de l’éducation.

Les Vernas, Ashrams, Purusharthas et Vidyas ont visé à une approche coordonnée de la vie,
des actes et des pensées du peuple.
Les penseurs antiques se sont préoccupés d’avoir une vue holistique de la vie.

  Coexistence et coopération

L’hindouisme croit en la coexistence, la coopération et l’harmonie dans la vie sociale. Les anciennes Ecritures Saintes soulignent « penser ensemble, agir ensemble et vivre ensemble ». L’institution du Système Familial Commun en Inde est un témoignage vivant de cet idéal. Il donne une place aux femmes et la sécurité pour les vieux dans la famille. Le système de sécurité sociale s’est construit dans la société hindoue.

Les forces circonvenant l’homme

Les forces qui leurrent l’homme dans ses relations avec les autres et dans ses activités quotidiennes,  sont identifiées dans la littérature antique comme Kama , (le sexe et le plaisir), Krodh (la colère), Mada (l’arrogance) et Moha (l’avidité). L’indulgence excessive et l’utilisation de ces forces sont nuisibles.
Une approche équilibrée de la vie est considérée comme idéale.

Le Yoga pour un corps et un esprit sain

Dieux et Déesses Hindous

Author
Sadanand Kesri